Blog

AVANT-PROPOS

Le 22 mai 2018.

Bonjour, Je suis Josée Brouillette, présidente de la Fondation BOCA. Ayant des comportements de troubles alimentaires depuis que je suis toute jeune, je me suis intéressée à ceux-ci depuis pratiquement toujours. J’ai lu des centaines de livres, d’ouvrages, de documents, de publications concernant le sujet. J’ai échangé et recueilli les propos et témoignages de plusieurs dizaines de personnes qui côtoient la maladie de près. J’ai organisé des événements d’envergure pour sensibiliser les gens et soutenir la cause. Et enfin, j’ai fondé cet organisme à but non lucratif pour soutenir les personnes aux prises avec des troubles alimentaires et des problèmes d’estime de soi.

Par ce blogue, je vous partagerai le fruit de mes recherches, vous ferai connaître des outils de soutien et vous fournirai des références de choix. Je vous donnerai également mon opinion basée sur mon ressenti et mon expérience personnelle.

Les sujets qui seront abordés sur ce blogue seront variés, parfois uniques, parfois racontés sous plusieurs angles mais chose certaine… ils serviront de près ou de loin la cause. Bonne lecture!

Josée Brouillette

DÈS L’ENFANCE : SEMONS L’ESTIME DE SOI

Le 04 juin 2018
 

L’estime de soi, ça se sème dès l’enfance! Comme parents, on doit le cultiver chez notre enfant pour le récolter à l’âge adulte car si on a bâti de bonnes fondations, il sera solide et présent toute la vie.

Lorsqu’on est enfant, on est sensible aux commentaires de ses parents. On cherche à leur faire plaisir. On reproduit leurs gestes. On copie leurs comportements car ils sont nos modèles.

On veut leur ressembler. Cela dit, tout en souhaitant ce qu’il y a mieux pour son enfant, comme parent nous avons notre propre bagage avec nos forces et nos faiblesses. Insidieusement, nous reproduisons souvent des « patterns » familiaux qui ont laissé des traces sur nos propres agissements. Alors si on connaît soi-même un problème de poids, il se pourrait que nos comportements alimentaires soient malencontreusement transmis à notre enfant. Il se pourrait aussi que si on souffre ou qu’on a souffert au cours de notre vie d’un surplus de poids, on craigne que ça se reproduise chez notre enfant. De ce fait, nous projetons notre anxiété sur lui et malheureusement ceci a un impact sur l’estime de soi de l’enfant. En souhaitant protéger notre enfant du jugement porté par les autres, nous risquons de vouloir corriger la situation pour lui. Toutefois, il ne faut SURTOUT PAS le mettre au régime, lui imposer des privations et encore moins lui transmettre ses propres privations… Les études démontrent que plus on fait des régimes jeune, plus on est à risque d’être obèse plus tard. Enseignons plutôt aux enfants à être fiers de qui ils sont. Encourageons-les à être soi-même en tout temps et valorisons leurs actions qui font la promotion de la santé.

Josée Brouillette

L’HYPERPHAGIE BOULIMIQUE VOUS GUETTE? 

Le 23 mai 2018
 

Quelquefois, elle est une amie et se manifeste normalement. D’autres fois, elle est une ennemie et attend, quelque part dans l’esprit le moment idéal ou le sentiment refoulé qui ne demande qu’à s’exprimer, pour faire sonner la cloche de l’orgie. La bouffe, c’est une béquille, elle est toujours là, même quand on n’a pas besoin d’elle.

Qui n’a pas déjà entendu l’expression « Manger ses émotions »? Bien quand on parle d’hyperphagie boulimique, elle prend tout son sens. Lorsqu’elle se manifeste, on engouffre des quantités incroyables de nourriture. En fait cette manifestation origine d’un sentiment ou d’une émotion refoulée qui ne demande qu’à s’exprimer. C’est ce qu’on nomme « Une orgie de bouffe ».

En période de crise, votre seul désir est de vous isoler et de manger. Vous refusez les invitations de sortir et tous les prétextes sont bons pour pouvoir manger tout seul en toute tranquillité. Vous ne vous appartenez plus, vous êtes l’hyperphagie boulimique… Vous n’êtes que nourriture que vous portez à votre bouche encore et encore et que vous ne goutez plus, cette bouffe qui s’engouffre dans votre estomac si gonflé que vous avez du mal à reprendre votre souffle entre chaque bouchée. Votre tête et votre corps souffrent du trop plein d’émotions accumulées et ignorées. Vous êtes complètement dévasté et déconnecté de la réalité. Vos sentiments sont ensevelis sous la nourriture et vous comblez le vide qui vous habite.

Enfin, vous vous ne reconnaissez plus. Vous n’êtes plus vous car le vrai vous est sûr de lui et en contrôle de la nourriture. C’est la personne de demain… un autre jour. Si ces comportements vous ressemblent, sachez que vous n’êtes pas seul à vivre ce trouble de santé mentale. Il se soigne et se contrôle… avec de la volonté rien n’est insurmontable!

Manger pour vivre et non vivre pour manger, c’est possible !!!

Selon Larousse : L’hyperphagie boulimique est un trouble du comportement alimentaire caractérisé par un besoin incontrôlable d’absorber de la nourriture en grande quantité chez un sujet qui, habituellement, n’est pas un « gros mangeur ».

Josée Brouillette